Menu
Culture / Lecture

Poupées de Eléonore Pourriat

L’histoire

Joy rencontre Stella en 1986. Elles ont quinze et seize ans, la même silhouette, les mêmes nattes brunes, la même passion pour David Bowie. Ensemble, elles partagent tout. Les soirées Dallas avec la grand-mère de Joy, les nuits à faire le mur pour aller danser au Fantasia, les vacances à Long Island… Pourtant, après deux années idylliques et un dernier été, Stella disparaît sans un mot. Trente ans plus tard, Joy n’a pas oublié. Et elle veut comprendre.

Une écriture envoûtante, pourtant…

Cet avis va être compliqué et certainement assez court.

On va commencer par le positif. J’ai fortement apprécier la plume de l’auteure, c’était fluide, agréable et captivant. J’aime son style et c’est pour moi le gros point positif de ce roman.

Les personnages m’ont intrigués, je les ai trouvé intéressant et suffisamment complexes pour qu’ils m’intéressent tout au long de ces presque 300 pages. Même si je cherchais un peu à comprendre où tout cela allait nous mener. Et puis finalement, j’ai compris.
J’ai d’ailleurs trouvé le sujet très intéressant surtout à l’époque actuelle, bien traité, tout comme l’intrigue qui finalement est plutôt bien menée.

Mais mon dieu, que j’ai été frustrée par cette fin. J’étais persuadée qu’il manquait des pages, des dizaines de pages même.
Certes, ce genre de conclusion peut plaire, mais ce n’est pas mon cas. Cette sensation de “mince, tout ça pour ça…”. On nous laisse, on nous abandonne, sans plus de développement, c’est tellement dommage.

Le reste du roman me plaisait beaucoup, mais je suis trop frustrée par cette absence d’explication si je puis dire que je ne peux pas mettre plus de 3/5
Cela n’est que mon avis et je peux comprendre que cette fin ne gêne pas nécessairement,

About Author

Moi c'est Elodie. Je vis en Ecosse depuis fin 2020 après avoir passé 8 ans en Californie. Sur ce blog je vais vous parler : voyage, photographie, séries, recettes, slow life, lecture... et j'en passe !

2 Comments

  • Claire
    21 janvier 2021 at 5h45

    L’absence d’explication dans un roman, il n’y a rien de plus frustrant.
    C’est “marrant” la structure me fait un peu penser à L’Amie Prodigieuse.

    Reply
    • Elodie Who
      22 janvier 2021 at 11h57

      C’est vrai que ça peut faire penser à l’amie prodigieuse (que je n’ai d’ailleurs pas réussi à terminer….)

      Reply

Leave a Reply